Sabine Devieilhe, originaire de Normandie, étudie dans un premier temps le violoncelle et la musicologie. Parallèlement à sa formation de chanteuse au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris, la jeune soprano colorature travaille déjà avec les ensembles Pygmalion – Raphaël Pichon et Les Cris de Paris – Geoffroy Jourdain. Elle se produit également rapidement en concerts, notamment avec l’Orchestre de Paris, Les Arts Florissants mais aussi avec Les Musiciens du Louvre – Marc Minkowski et Le Concert Spirituel – Hervé Niquet. C’est sous la direction de Jean-Claude Malgoire qu’elle chante pour la première fois Amina dans La Sonnambula de Bellini et La Folie dans Platée de Rameau.

 

Peu après la fin de ses études, Sabine Devieilhe est invitée au Festival d’Aix-en-Provence pour interpréter Serpetta dans La Finta Giardiniera de Mozart, mais aussi à Montpellier pour le rôle-titre de Lakmé de Léo Delibes et à Lyon pour ses débuts en tant que Reine de la nuit dans La Flûte enchantée de Mozart. En outre, elle est récompensée lors de la 20ème cérémonie des Victoires de la Musique 2013 dans la catégorie « Révélation Artiste Lyrique ».

 

Depuis lors, on a pu l’entendre à Lyon, Paris et Amsterdam dans le rôle de Soeur Constance dans l’opéra de Poulenc Dialogues des Carmélites. Elle est portée en triomphe à l’Opéra-Comique de Paris, mais aussi à Toulon, Avignon et Marseille pour son rôle-titre dans Lakmé de Léo Delibes. Sabine Devieilhe triomphe à l’Opéra national de Paris en tant que Reine de la Nuit dans la nouvelle production La Flûte enchantée de Mozart mise en scène par Robert Carsen et le public a également pu l’admirer en Hero dans Béatrice et Bénédict de Berlioz.

 

Elle enchaine ensuite les rôles comme Eurydice dans Orphée et Eurydice de Gluck à La Monnaie de Bruxelles, Adèle dans La Chauve-Souris de Johann Strauss à l’Opéra-Comique, Mélisande dans Pelléas et Mélisande de Debussy, et Nanetta dans Falstaff de Verdi à l’Opéra de Marseille. Ses débuts au Glyndebourne Festival avec les rôles de Le Feu, La Princesse et Le Rossignol dans L’enfant et les sortilèges de Ravel sont couronnés de succès. Par ailleurs, Sabine Devieilhe se produit en concerts avec l’Orchestre de Paris à la Philharmonie de Paris et avec l’Orchestre symphonique de la radio suédoise à Stockholm, sous la direction d’Esa-Pekka Salonen.

 

Elle connait bien d’autres succès, notamment au Théâtre des Champs-Élysées en tant que Ismène dans une nouvelle représentation de Mitridate de Mozart, tout comme dans le rôle d’Amina dans une version concert de La Sonnambula de Bellini. Ces succès se poursuivent à l’été 2016 en incarnant Bellezza dans la nouvelle production de Händel Il Trionfo del Tempo e del Disinganno mise en scène par Krzysztof Warlikowski au Festival d’Aix-en-Provence. En ce qui concerne ses débuts en tant que Blonde dans L'Enlèvement au sérail de Mozart à la Scala de Milan, ou bien en tant que Reine de la Nuit dans La Flûte enchantée de Mozart ou Marie dans La Fille du régiment de Donizetti à l’Opernhaus de Zürich et à l’Opéra de Vienne, Sabine Devieilhe est autant appréciée du public que de la presse. L’été 2018 marque ses débuts dans le rôle de Zerbinetta dans une nouvelle production d’Ariane à Naxos au Festival d’Aix-en-Provence, ses débuts dans les arias de Mozart sont aussi fortement remarqués lors du Festival de Salzbourg en Autriche.

 

En récital, Sabine Devieilhe apparaît régulièrement aux côtés d’Anne Le Bozec à Paris, aux Festivals d’Aix-en-Provence et d’Auvers-sur-Oise, à Lyon, New York et au Wigmore Hall à Londres. En janvier 2019 elle se produit en récital au Carnegie Hall de New York avec Mathieu Pordoy et à l’Opéra de Lille avec la complicité d’Alexandre Tharaud.

En 2018/2019, Sabine Devieilhe est remarquée dans la nouvelle production de La Flûte enchantée de Mozart mise en scène par Romeo Castellucci au Théâtre de La Monnaie de Bruxelles. Elle remporte également un vif succès pour son rôle de Cunégonde dans Candide de Bernstein lors d’une version concert au Théâtre des Champs-Élysées à Paris. Pour son interprétation d’Ophélie dans Hamlet d’Ambroise Thomas à l’Opéra Comique (mise en scène Cyril Teste) et pour son début de Sophie dans Le Chevalier à la rose de Strauss à l’Opéra de Zürich elle obtient un grand succès et termine la saison comme Marie dans La Fille du régiment de Donizetti au Royal Opera House de Londres.

 

Pour la saison 2019/2020, le public retrouvera Sabine Devieilhe en Hébé, Phani, et Zima dans la nouvelle production des Indes Galantes de Rameau mise en scène par Clément Cogitore et dirigée par Leonardo García Alarcón à l’Opéra National de Paris. En concerts elle se produira dans Dinorah de Meyerbeer à la Deutsche Oper Berlin sous la direction d’Enrique Mazzola, dans Acanthe et Céphise de Rameau sous la direction d’Alexis Kossenko au Théâtre des Champs Élysées, dans Lakmé de Léo Delibes au Tchaikovsky Concert Hall de Moscou, dans La Damoiselle élue de Debussy avec Orchestre de Paris et Pablo Heras-Casado ainsi que dans la Grande Messe en ut mineur de Mozart avec l’Ensemble Pygmalion et Raphaël Pichon à Paris, Lyon, Turin, Versailles et Bordeaux.

 

Élue Artiste Lyrique 2018 Lors de la 25ème cérémonie des Victoires de la Musique Classique, Sabine Devieilhe enregistre depuis 2012 en exclusivité chez Erato-Warner Classics. Ses enregistrements reçoivent le meilleur accueil de la part du public et de la critique. Citons récemment son album Les Sœurs Weber avec l’ensemble Pygmalion dirigé par Raphaël Pichon, L’enfant et les sortilèges en collaboration avec l’Orchestre Philharmonique de Radio-France mais aussi Mirages, album en solo avec Les Siècles dirigé par François-Xavier Roth, nominé pour les Grammies en décembre 2018 et pour lequel elle a récemment reçu deux des trophées les plus prisés de la 25ème cérémonie des Victoires de la Musique. Avec Lea Desandre, Emmanuelle Haïm et Le Concert d’Astrée, Sabine Devieilhe enregistre en novembre 2018 Italian Cantatas (Gramophone Record of the Month , album Choc Classica, Classic d’Or RTL...). Août 2019 marque la sortie de Libertà! Mozart et l’Opéra avec l’Ensemble Pygmalion sous la direction de Raphaël Pichon.